10% pour toute commande de 30€ avec JUIN10 jusqu'au 30 juin

Je souhaite diminuer ou arrêter ma consommation de tabac

Ces dernières années, un nombre croissant d’études publiées dans la littérature biomédicale indiquent que le chanvre peut être utiles pour traiter les dépendances. Par exemple, une revue récente présente les preuves actuelles de l’implication du système endocannabinoïde dans la modulation du comportement de dépendance, en examinant les résultats de la recherche sur les animaux sur le rôle potentiel de certains cannabinoïdes dans le traitement de la dépendance aux psychostimulants[1]. Plus précisément, il existe des preuves indiquant que les produits pharmaceutiques agonistes des récepteurs CB2 pourraient être utiles dans le traitement de la dépendance à la cocaïne[2]. Certaines études d’observation ont également été publiées, montrant que le cannabis peut se substituer à des drogues plus dangereuses, notamment l’alcool[3]. Enfin, une autre revue récente a compilé les études actuelles portant sur les propriétés possibles du CBD (cannabidiol) comme intervention dans les troubles de la dépendance[4]. Cet article passe en revue les preuves actuelles permettant de considérer le cannabis en général, et le CBD en particulier, comme une aide possible pour arrêter de fumer.

Le tabac en chiffres

 

Selon un rapport publié en 2020 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)[5], la fumée de tabac contient plus de 7 000 substances chimiques, dont au moins 250 sont connues pour être nocives pour la santé et au moins 69 pour provoquer un cancer. D’après ce rapport, l’éventail des problèmes médicaux pouvant être causés par le tabagisme comprend : essoufflement, asthme exacerbé, infections respiratoires, cancer (larynx, oropharynx, œsophage, trachée, bronches, poumon, leucémie myéloïde aiguë, estomac, pancréas, rein, uretère, côlon, col de l’utérus et vessie), les maladies coronariennes, les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies pulmonaires obstructives chroniques, l’ostéoporose, la cécité, la cataracte, la parodontite, l’anévrisme aortique, les maladies vasculaires périphériques athérosclérotiques, les fractures de la hanche, l’infertilité et l’impuissance. Toujours selon, l’OMS, le tabac reste la principale cause évitable de décès dans le monde, tuant environ 8 millions de personnes chaque année et causant des pertes économiques estimées à plus d’un demi-milliard de dollars. Le dernier rapport du Système mondial de surveillance du tabac, qui rassemble les données de 22 pays représentant près de 60 % de la population mondiale, montre qu’il y a environ 1 300 millions de fumeurs dans ces pays, dont 205 millions ont tenté d’arrêter de fumer au cours des 12 derniers mois. Selon l’American Cancer Society, seuls 4 à 7% des personnes sont capables d’arrêter de fumer lors d’une tentative donnée sans médicaments ou autre aide, tandis qu’environ 25% des fumeurs utilisant des médicaments parviennent à rester non-fumeurs pendant plus de 6 mois. Les conseils psychologiques et d’autres types de soutien émotionnel peuvent augmenter les taux de réussite plus que les médicaments seuls[6].

 

Dépendance à la nicotine ou habitude du tabac ?

 

Bien que la théorie admise sur la toxicomanie semble être qu’il s’agit d’une maladie cérébrale chronique, souvent récidivante, qui entraîne une recherche et une consommation compulsives de drogues, provoquant une détérioration du contrôle de la consommation malgré les conséquences néfastes pour la personne dépendante et son entourage[7], un nombre toujours plus important d’experts commence à remettre en question cette vision de la dépendance comme maladie cérébrale[8]. Les résultats de ces études indiquent également que le tabagisme est l’une des formes de dépendance dont les taux d’abandon sont les plus faibles.

 

L’une de ces raisons pourrait être la mesure dans laquelle la sagesse conventionnelle de notre société attribue la dépendance au tabac aux effets pharmacologiques de la nicotine. Si l’attribution de la dépendance à la substance utilisée est un problème pour comprendre la toxicomanie en général, dans le cas de la dépendance au tabac, cela devient particulièrement paradigmatique. Le problème de la toxicomanie en général, et du tabagisme en particulier, est qu’il tend à être attribué à un trouble du cerveau causé par un agent pharmacologique, alors qu’à la base de tout comportement addictif, ce qui est réellement introduit est une habitude. Par conséquent, cette habitude est établie non pas tant par les effets de la substance elle-même, que par les comportements impliqués dans la recherche et la consommation de la substance. Et ce sont ces habitudes, en tant que formes de comportement, qui sont difficiles à corriger. Comme nous l’avons cité plus haut, les taux d’abandon du tabac par des moyens pharmacologiques (y compris les patchs, la gomme et toute autre préparation pharmaceutique à base de nicotine) sont affreusement bas. Ainsi, de toutes les raisons pour lesquelles le tabac s’avère addictif pour tant de personnes, le fait qu’il contienne de la nicotine est probablement la moins importante. C’est précisément le fait qu’il s’agisse d’une habitude, généralement établie sur une longue durée – dans la plupart des cas sur plusieurs années – qui la rend si difficile à corriger. En tant qu’êtres humains, nous établissons notre comportement quotidien au moyen d’habitudes et plus une habitude est ancrée, plus il est difficile de la changer. Cela est d’autant plus vrai que l’habitude – comme dans le cas du tabac – offre une telle polyvalence que l’individu peut s’y adonner au cours d’une conversation animée, dans un état de dépression ou en attendant le bus – bref, dans presque tous les aspects de sa vie, sauf pendant le sommeil. Cette polyvalence et cette généralisation rendent l’habitude de fumer particulièrement difficile à corriger.

 

 

Le vapotage du cannabis comme alternative au tabagisme

 

Les consommateurs de cannabis étant de plus en plus conscients des dangers du tabagisme pour la santé, certains d’entre eux tentent de remplacer le fait de fumer du cannabis (qui implique une combustion) par le vaping (qui n’en implique pas). En effet, il est bien connu que les risques du tabagisme découlent précisément de la combustion de la matière fumée, plutôt que des produits fumés. Malgré cela, les enquêtes sur les méthodes de consommation préférées indiquent que l’immense majorité (plus de 90 %) des consommateurs de cannabis préfèrent encore fumer, même s’ils reconnaissent que le vapotage est le moyen le plus efficace de réduire les dommages[9]. Même dans des États comme la Californie, dont les citoyens sont réputés pour leur culte des modes de vie sains, le moyen préféré de consommer du cannabis dans les dispensaires de marijuana médicinale est de fumer (86,1 % des personnes interrogées), loin devant le vaping (utilisé par 21,8 %)[10]. Ces résultats peuvent être quelque peu faussés par le fait qu’un grand nombre des personnes interrogées ont commencé par être des consommateurs de tabac qui, lorsqu’ils ont ensuite commencé à consommer du cannabis, ont également préféré le fumer. Il est également bien connu que de nombreux consommateurs parviennent à renoncer à fumer non seulement des “joints” mais aussi du tabac lorsqu’ils commencent à fumer du cannabis. Dans une lettre récente parue dans la revue Addiction, Hindocha et al. ont exposé une série d’exemples dans lesquels le fait de fumer du cannabis s’accompagne d’une réduction de la consommation de tabac. Selon ces chercheurs ” il pourrait y avoir des raisons d’être optimiste quant au potentiel des vaporisateurs. Si les vaporisateurs peuvent réduire la co-administration de cannabis et de tabac, le résultat pourrait être une réduction de l’usage/de la dépendance au tabac parmi les consommateurs de cannabis et une réduction résultante des méfaits associés au cannabis. En effet, si le vapotage du cannabis devient courant à l’avenir, la prochaine génération de consommateurs de cannabis pourrait ne jamais être exposée à la nicotine ou au tabac “.[11]

 

Utilisation du CBD dans le traitement du tabagisme

 

Le CBD est en vogue. Alors que dans les années 1990, les semenciers rivalisaient pour obtenir la souche contenant le plus de THC, ils se disputent désormais des variétés plus narcotiques, c’est-à-dire celles qui ont la plus forte teneur en CBD. Nous ne connaissons pas la raison de ce changement : les consommateurs de cannabis se sont-ils lassés d’une défonce aussi forte (les concentrations de THC dans la marijuana néerlandaise diminuent de 0,22 % par an depuis 200516), est-ce le résultat des campagnes de marketing de l’industrie attribuant les effets médicinaux du cannabis au CBD, est-ce le simple reflet d’un marché où les consommateurs veulent un produit varié offrant différentes expériences en fonction de ce qu’ils recherchent à un moment donné, ou est-ce une combinaison de tous ces facteurs, voire une autre raison. Une autre raison possible est la mode des huiles de CBD qui – bien que les étiquettes ne le précisent pas – contiennent également des quantités suffisantes de THC pour qu’un consommateur puisse être testé positif lors d’un test salivaire sur route. De plus, pour des raisons que nous ne détaillerons pas ici, la légalité de ces huiles est décidément douteuse.

La manière dont la CBD agit sur le système endocannabinoïde n’est pas encore totalement élucidée. En effet, certains articles évoquent des mécanismes d’action que d’autres ignorent complètement, et vice versa. Je laisserai donc aux lecteurs le soin de rechercher le mécanisme d’action du CBD. Une revue récente sur le rôle possible de la CDB en tant que médicament anti-addiction, après avoir évalué ce mécanisme d’action, conclut que “la CDB a été associée à de nombreux circuits neuronaux impliqués dans l’acquisition de la dépendance et les comportements ultérieurs de recherche de drogues, ce qui en fait un candidat pharmacologique intéressant pour traiter les troubles liés à l’utilisation de substances”.  

 

Cependant des études à plus grande échelle, avec un suivi plus long sont justifiées pour évaluer les implications de ces résultats. Ces résultats s’ajoutent à une littérature croissante qui souligne l’importance du système endocannabinoïde dans la dépendance à la nicotine “[12].

 

 

Dans leur article, les auteurs de l’étude proposent une série d’explications, basées sur les effets du CBD sur le système endocannabinoïde, qui pourraient expliquer ces résultats. Il s’agit notamment de l’action du CBD sur les récepteurs CB1 (en tant que faible agoniste inverse), et de ses propriétés en tant qu’inhibiteur de l’enzyme qui décompose l’anandamide (FAAH). Ces actions peuvent être liées à une réduction des propriétés stimulantes de la nicotine. Elles offrent également quelques spéculations sur les causes psychologiques, comme l’action possible du CBD dans la réduction de l’attention sur les indices contextuels qui peuvent être impliqués dans le maintien de la consommation de nicotine.

Cependant, certains doutes restent à éclaircir. Comme expliqué, dans cette étude, l’envie de fumer signalée a diminué dans les mêmes proportions dans les groupes CBD et placebo, tout comme les niveaux d’anxiété. Ces scores ont été relevés une fois par jour, mais pas après l’utilisation de l’inhalateur en réponse à l’envie de fumer une cigarette. Il est possible que, de manière générale, le placebo soit capable de réduire l’envie de consommer et l’anxiété, puisque les scores s’étaient normalisés lors de l’évaluation de suivi à 21 jours, alors qu’aucun des deux groupes n’utilisait le dispositif. Nous pouvons raisonnablement supposer que le CBD, en agissant comme un anxiolytique, pourrait être un traitement de substitution à l’arrêt progressif du tabac, du fait que le sujet est moins anxieux. Cette étude pilote apporte des preuves supplémentaires que la dépendance au tabac est davantage une habitude qu’un effet pharmacologique de la nicotine. Si la dépendance au tabac était une question de dépendance à la nicotine, après une semaine, alors que le désir de consommation a déjà disparu et que le nombre de cigarettes -et donc de nicotine- a considérablement diminué, il n’y aurait aucune raison pour que les symptômes de manque réapparaissent, incitant les sujets à recommencer à fumer du tabac. Enfin, comme nous l’avons vu dans la section précédente, de nombreuses personnes arrêtent de fumer lorsqu’elles commencent à vaper. Il est donc possible que le cannabis et/ou le CBD inhalés par un autre moyen que le tabac puisse être utiles aux personnes qui veulent arrêter de fumer. Ce qui semble clair, c’est que le tabagisme, plus qu’une dépendance à une drogue (la nicotine), est une habitude, et comme toutes les habitudes, son interruption provoque de l’anxiété. À cet égard, le remplacement du tabac par du cannabis et/ou du CBD vaporisés pourrait être une mesure de substitution utile, bien que cela nécessite davantage de preuves avant de pouvoir être confirmé.

Bibliographie 

 

 

[1] Olière S, Joliette-Riopel A, Potvin S, Jutras-Aswad D. 2013. Modulation of the endocannabinoid system: vulnerability factor and new treatment target for stimulant addiction. Front Psychiatry. 4:109. doi: 10.3389/fpsyt.2013.00109.   

[2] Morales M, Bonci A. 2012. Getting to the core of addiction: Hooking CB2 receptor into drug abuse? Nat Med. 18(4):504-5. doi: 10.1038/nm.2722.

[3] For example: Reiman A 2009. Cannabis as a substitute for alcohol and other drugs. Harm Reduction Journal. 6:35. doi: 10.1186/1477-7517-6-35; Lucas P, Walsh Z, Crosby K, Callaway R, Belle-Isle L, Kay R, Capler R, Holtzman S. 2015. Substituting cannabis for prescription drugs, alcohol and other substances among medical cannabis patients: The impact of contextual factors. Drug Alcohol Rev. doi: 10.1111/dar.12323.

[4] 4. Prud’homme M, Cata R, Jutras-Aswad D. 2015. Cannabidiol as an intervention for addictive behaviors: A Systematic review of the evidence. Subst Abuse. 9:33-8. doi: 10.4137/SART.S25081

[5] https://www.who.int/docs/default-source/campaigns-and-initiatives/world-no-tobacco-day-2020/wntd-tobacco-fact-sheet.pdf

[7] https://www.drugabuse.gov/publications/drugfacts/understanding-drug-abuse-addiction : A resounding evidence-based critique of the disease model in addiction (in Spanish) can be found

[8] http://www.peele.net/lib/truth_1.html

[10] 14. Reinarman C, Nunberg H, Lanthier F, Heddleston TJ. 2011. Who are medical marijuana patients? Population characteristics from nine California assessment clinics. Psychoactive Drugs. 43(2):128-35. https://goo.gl/2s6lxy.

[11] Hindocha C, Freeman TP, Winstock AR, Lynskey MT. 2016. Vaping cannabis (marijuana) has the potential to reduce tobacco smoking in cannabis users. Addiction. 111(2):375. doi: 10.1111/add.13190.

[12]  Morgan CJ, Das RK, Joye A, Curran HV, Kamboj SK. 2013. Cannabidiol reduces cigarette consumption in tobacco smokers: preliminary findings. Addict Behav. 38(9):2433-6. http://goo.gl/NPvsMm.

Shopping Cart (0 items)

Close
No products in the cart.
Search for:
X