Notre équipe est en vacances, vos commandes partiront à partir du 16 Aout

Interview de notre CEO

L’entretien de Jean-Christophe FÜHRER

 

  1. Bonjour Jean-Christophe, habituellement, nous commençons l’entrevue par le parcours personnel. Pourriez-vous vous présenter ?

Alors j’ai un parcours assez atypique. J’ai tout d’abord obtenu un CFC pour devenir boulanger, pendant mon jeune âge. J’aimais beaucoup ce métier et j’avais réussi mes examens avec succès. Par suite de cela, j’ai pris une autre direction et je me suis spécialisé dans les métiers de la logistique. J’ai passé 11 ans dans l’industrie horlogère. J’ai eu la chance d’occuper quasiment tous les postes logistiques : achat et approvisionnement, gestion des entrées et des sorties de marchandises, suivi et contrôle des marchandises, gestion des retours fournisseurs, gestion des suivis de commandes. Ce parcours très large dans la logistique m’a permis d’occuper des postes à double responsabilité : Responsable de Production et responsable de stock.

 

2. Quelle est votre journée de travail type ?

 

Mes journées de travail s’articulent entre mes fonctions de maire et de président de groupe. Autant dire qu’elles sont assez chargées. Elles sont rythmées par les urgences de la mairies d’une part et mon accompagnement des collaborateurs d’autre. Concernant l’entreprise, je m’occupe de la mise en place des processus logistique. J’ai à ma charge le suivi de la production, le contrôle du temps du respect du temps de travail et des conditions d’hygiènes, j’apporte une importance particulière à la responsabilisation des collaborateurs, afin d’éviter les petits pépins se traduisant par des couts de production. Tout ceci dans le but d’être dans une logique de qualité.

 

3. Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez entendu parler du CBD ? Auriez-vous pu imaginer travailler un jour pour l’industrie du CBD ?

 

A la base ce projet est né après un week-end à Gêne avec ma femme. Nous avions vu le potentiel du secteur du CBD en plein essor puis après 3 jours de réflexions, nous nous lancions 1 mois plus tard dans cette aventure formidable.  Pour être tout à fait honnête, comme beaucoup de monde, j’étais d’abord assez pessimiste. J’ai agréablement changé d’avis par la suite en voyant l’efficacité des produits.

 

 

  1. Comment favorisez-vous la cohésion d’équipe ?

Le travail en équipe se fait naturellement dans notre métier car on est obligé d’avoir du lien les uns avec les autres. Nous sommes tous interdépendants, et responsable du travail des uns des autres. Pour favoriser la cohésion de groupe, en tant que manager tu peux donner des pistes de réflexions mais l’alchimie ne dépend que des collaborateurs. J’encourage les gens à aller dans le bon sens, en me calquant sur l’état d’esprit d’une équipe de football, sport que j’ai pratiqué pendant plus de 25 ans. Il s’agit de faire comprendre que le travail reste une aventure humaine, dans laquelle chacun peut grandir. La confiance et l’honnêteté passe par la responsabilisation de son travail. Je pars du principe que les mensonges ne durent jamais longtemps et que nous sommes obligés dans tous les cas de marcher sur la confiance. Après c’est clair qu’une fois qu’elle est rompue c’est dure de revenir en arrière.

 

 

  1. Quelle était la vision stratégique à long terme du Totum Group SA ?

Tout d’abord, pour Karolina Willoqueaux et moi-même, au début de l’aventure il était important de scinder la partie commerciale de la gestion administrative et logistique. Je m’occupe pour ma part, de la gestion logistique et de la production. Il était important à mes yeux que les domaines de compétences de chacun soient exploités à pleine mesure.

Dans le cadre de mes fonctions, bien que la projection à long terme soit présente nous sommes plutôt dans une logique court-termiste, on anticipe et traite les urgences.  Le pragmatisme qu’impose la logistique doit conduire à mettre les choses à plat et à les structurer. Je pense qu’on trouve le juste équilibre de cette manière, car nos visions se complète, entre la dynamique commerciale et le pragmatisme logistique. 

 

 

  1. Comment partagez-vous cette vision avec vos collaborateurs ?

Pour ma part « Tout doit être à sa place ». Ce sont des choses qui se construisent et s’inculquent de façon progressive. Un comportement ne peut être prédéfini et dépend de la capacité d’un individu à enregistrer l’information. Je pars du principe qu’il faut travailler pour enregistrer les choses mais l’envie d’apprendre, la motivation et la capacité à intégrer les choses sont propre d’une personne à l’autre.

Je pense que le meilleur moyen d’inculquer est de tout simplement travailler avec eux en mettant la main à la patte. Accompagner les gens tant sur l’ERP que sur les autres missions afin de les former.

 

 

  1. Pour vous, qu’est-ce que le Totum Group SA fait de bien ?

Nous avons de bonnes idées, que nous essayons de canaliser puis le plus important surtout c’est que nous avons une vraie volonté de progresser. Je pense que nous avons une équipe qui travaille bien et que nous sommes des créateurs d’idées.  Notre réel point fort est l’homologation des produits à travers la maitrise de l’environnement réglementaire qui encadre notre secteur, tant en Suisse qu’en Europe.  Nous avons aussi la chance d’avoir un laboratoire qui nous est propre dans lequel, nous pouvons réaliser des analyses et faire des extractions. On peut toujours tout faire mieux. Il s’agit de procéder étape par étape et apprendre de ses erreurs. C’est en faisant des petits pas que l’on devient un grand homme. Avoir une ambition démesurée et vouloir inonder le marché serait une erreur monumentale, à part si bien entendu nous y mettions des moyens proportionnels.

 

 

  1. Comment motivez-vous vos collaborateurs ?

J’ai une approche très simple et très humaine. J’aime remercier et féliciter du bon travail fait par l’équipe par un petit geste, un petit mot sur le tableau. Je ne suis pas un grand fan des compensations financières, car j’ai pu constater par expérience que ce n’était pas forcément le mieux à long terme en termes de régularité. Après forcément, et c’est la vie d’une entreprise et tout ne pas être parfait donc je n’hésite pas à signaler les mauvais points également, généralement par un petit mot écrit en rouge, toujours dans la logique de motiver et de tirer vers le haut. Puis j’apprécie également les Team Building et les sorties en entreprise.

 

 

Shopping Cart (0 items)

Close
No products in the cart.
Search for:
X

Bienvenue chez
Biokonopia
D'où venez-vous ?

mascotte-lama

Bienvenue chez
Biokonopia
D'où venez-vous ?

mascotte-lama